Les gendarmes

Michel Main

L'envie était là...

C'est en 1995 que Michel MAIN marchait pour la première fois à Petigny, dans le groupe des grenadiers commandés par Jean-Pierre PEETERS. Lui vint alors l’idée de créer un groupe supplémentaire, ce qu'il fit, avec l'accord du comité, en 1996 (la réunion à ce propos avait eu lieu au café des sports).

De Strée à Petigny

Michel forma ainsi un groupe de gendarmes d’élite de la garde impériale. Il en était le capitaine et l'est toujours pour l'année 2019. Le sergent, à cette époque, était André MOUTHUY et la cantinière Béatrice PAUWELS. Ils étaient alors 14 dans le groupe fraichement créé, et tous originaires de Strée, sur la commune de Beaumont. Il n'y avait cependant ni fanion ni porte-chapeau cette année-là.


 

Un fanion, fait maison !

Le fanion des gendarmes a été cousu par Patricia REGNIER, pour la marche de l'an 1997. Le parrain étant Willy NICOLAS et la marraine Claudine REGNIER. Le porte fanion, à cette époque, était Annie REGNIER.

Les portes-fanion successifs ont ainsi été : Annie REGNIER, Patricia REGNIER, Denis MAIN et enfin Cécile FRANÇOIS qui tient ce rôle depuis 2003 jusqu'à ce jour.

Drapeau gendarmes

Sergents et cantinières

Les sergents successifs ont été : André MOUTHUY, David MAIN, Denis MAIN, Elodie FRANÇOIS. En 2019, Martin JAUMOTTE porte le grade en remplacement d'Élodie, empêchée pour raison de santé.

Les cantinières, quand à elles, ont été : Béatrice PAUWELS, Béatrice DURANT et actuellement, Mélanie MATHIEU.


 

Groupe des gendarmes 2018

Les gendarmes d’élite de la garde

Les gendarmes d’élites de la garde impériale sont reconnaissables à leur colback avec visière sans plaque frontale. Au nombre de 456 pour toute la Grande Armée, ce sont des cavaliers chargés de la protection de l’empereur et de la garde de ses diverses résidences.

Ils étaient montés sur des chevaux noirs. Ils participaient très peu aux combats et étaient surnommés ironiquement « les immortels » par les autres corps.

Les officiers et gradés, contrairement aux autres corps d’armée, avaient les galons, les épaulettes et aiguillettes argentés au lieu de dorés. Leurs baudriers et ceinturons, étaient en cuir jaune bordé de blanc. Leur pantalon était en peau de chamois l’été et en peau de mouton l’hiver.